Facebook et la Bourse


Le monde de la Bourse a été quelque peu malmené en apprenant en juillet 2018 que Facebook a perdu plus de 120 milliards de dollars de capitalisation. Dans toute l’histoire de la bourse américaine, aucune autre société n’a accusé une telle perte. Celle-ci est la conséquence des scandales sur l’utilisation des données personnelles de plusieurs dizaines de millions de ses utilisateurs, sans leur accord, dont Facebook s’est rendu coupable et de l’avertissement qu’il a alors écopé. Mais dès le mois d’octobre, le numéro 1 des réseaux sociaux a tenu à rassurer les investisseurs quant aux belles perspectives en vue.

Petits rappels…

En effet, à ce moment, l’action de Facebook a affiché l’une des plus fortes hausses, et son directeur financier affirme que la pression sur la marge allait se réduire cette année. Il a aussi annoncé que l’année 2019 serait une grande année d’investissement et d’ailleurs, le géant du réseautage social a prévu une augmentation considérable de ses dépenses opérationnelles entre 40 et 50 % cette année. Et bien sûr, tout cela est assorti d’une promesse d’une hausse des dépenses pour la sécurité du réseau mais surtout de la vie privée de ses utilisateurs.

Vers un regain de confiance ?

Avec toutes ces déclarations, Wall Street devait de nouveau avoir confiance en Facebook et celui-ci espère que la croissance du bénéfice par action l’an prochain en sera accru. Et puis, les faits sont venus étayer ces dires puisque Facebook a obtenu des résultats inattendus compte tenu du ralentissement de sa croissance. En effet, à la fin du troisième trimestre 2018, Facebook a réalisé un bénéfice net de 9 % à 5,14 milliards de dollars, ce qui représente 1,76 dollars par action, donc une hausse, faut-il le préciser. Au niveau du chiffre d’affaires, le même constat a été fait, car la progression était de l’ordre de 33 % à 13,727 milliards de dollars. Côté utilisateurs, le groupe a réussi à comptabiliser 2,27 milliards de personnes à la fin du même trimestre, ce qui veut dire progression de 10 %. Quant au nombre d’utilisateurs par jour, il est aussi en hausse de 9 %, ramenant le chiffre à 1,49 milliard, toujours à la fin du troisième trimestre. Tout cela constitue des résultats bien plus positif, records pour tout dire.

Qu’en est-il à ce jour ?

Depuis, l’optimisme était au rendez-vous et dès le début de l’année 2019, Jefferies n’a eu de cesse de recommander l’achat d’action Facebook et les excellents résultats recensés à la fin du troisième trimestre 2018 a été un argument de poids de plus pour rassurer les investisseurs sur le fait que son business model est d’une solidité à toute épreuve. Il faut dire que de telles prouesses l’ont tout simplement mené à la seconde place de l’indice S & P 500 et cela, grâce à une progression de 12,76 % à 169,63 dollars. Et durant le quatrième trimestre, le chiffre d’affaires de Facebook a grimpé et progressé de 30 % à 16,91 milliards de dollars, dépassant toutes les prévisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post